Elle est allée voir une nutritionniste [Partie 2 : Le doute paraît.]

Suite et fin de mes aventures chez la nutritionniste (pour se remettre dans le bain : la partie 1).

Le concept de la cristallisation a été inventé par Stendhal dans son ouvrage De l’amour, publié en 1822, pour décrire le phénomène d’idéalisation à l’œuvre au début d’une relation amoureuse : « En un mot, il suffit de penser à une perfection pour la voir dans ce qu’on aime ».

Ça avait pourtant bien commencé

Comme toute chose nouvelle, j’imagine que comme pour vous, la motivation était à son paroxysme. Pour dire j’ai fait mes tiroirs et j’ai donné toutes les denrées alimentaires qui ne rentraient pas dans le régime qui m’était prescrit. Je cherchais des recettes pour accommoder mes déjeuners, bref j’étais au taquet ! Et c’est seulement après deux bonnes semaines, je dirais, que j’ai commencé à sincèrement être démotivée.

Je devenais obsédée par n’importe quelle nourriture, je ne sortais plus — bah oui les amis ne font plus que des barbecues en été, et évidemment ils ne font pas ce qu’il faut pour mon estomac, moche… Je passais mon temps à me demander si tel ou tel ingrédient étaient « autorisés » ou non, si ça avait vraiment du sens d’accompagner des amis aux restos alors que finalement on ne sait jamais vraiment ce que les gens mettent dans leurs plats.

C'est un cauchemar
Oui ! Voilà c’était un cauchemar !

Et pour le dire clairement : j’étais déprimée. Pour le coup ça a été l’un des premiers éléments déclencheurs. Comme je vous le disais « j’aime manger » et « j’aime cuisiner », je teste des choses tout le temps, je goûte de nouveaux fruits et légumes, de nouvelles saveurs. Je suis gustativement curieuse. Mais finalement à devoir toujours mettre les mêmes choses dans mes plats, j’étais juste blasée.

Ces instants qui ont fait « tilt »

Au delà de l’aspect « Loose Totale avec ton plat unique pour 7 jours », j’ai commencé à méditer les propos de ma nutritionniste… Car comme me disait mon « Pater Familias » [mon père quoa — ceci est une faute assumée — je vais créer un label haha] à une époque lointaine où je pensais que ma maîtresse disait toujours la vérité « aie un peu de sens critique ! ».

Dans ces cas-là, la meilleure manière de dépoussiérer un situation c’est de se remettre dans le contexte en faisant un petit flash-back. Revenons donc au moment du rendez-vous.
Je me souviens que j’ai commencé à douter avant même d’arriver dans le cabinet, à cause d’une déformation professionnelle.
En cours de Référencement Web, durant mes études, on nous a appris qu’une marque/entreprise/identité n’était pas nécessairement de qualité si elle avait plusieurs sites — elle pouvait avoir plusieurs noms de domaines (pour gérer son image et éviter les faux sites qui pourrait lui nuire) mais plusieurs sites pour dire EXACTEMENT la même chose renvoie un message assez négatif.
Ce cabinet de nutritionniste a DEUX sites. Alors je sais c’est injuste de dire ça, elle a peut-être ses raisons. Il n’empêche que sur le coup j’ai douté, j’ai même cru à une arnaque (au-delà du fait que je trouve ces deux sites supra moches mais ça c’est purement subjectif et n’empêche pas la qualité de la dite personne).

Ensuite, une fois le temps du rendez-vous arrivé, un second doute plane: la documentation présente dans la salle d’attente.
Loin de moi de juger ceux qui lisent les magazines féminins — bien au contraire ! J’ai été longtemps abonné à des magazines pour fillettes et ensuite pour adolescentes. Mais depuis j’ai « remis en question » ce que l’on peut voir dans ces lectures, il y a du bon comme du mauvais, on est d’accord.
Seulement remis dans son contexte c’était un peu bizarre… Elle a dans sa salle d’attente un « book » avec détail privilégié de son CV (jusque là tout va bien) et des découpes de magazines féminins/médicaux à visée grand public/et autres non-identifiés. Voilà. Et la teneur des articles étaient un peu tendu du slip. Ça allait des classiques « pourquoi les régimes du type Du***, et autres ne marchent pas » (oui bon ça tout le monde le sait aujourd’hui ; peut-être pour lui donner plus de crédibilités du genre « oui mais moi je suis une professionnelle de santé ») et au plus abouties « Comment retrouver ma taille mannequin à temps pour l’été? », non mais Vraiment ?

Bon à l’heure où je vous en parle je ne me souviens pas précisément de tout ce que j’ai pu voir, seulement de l’impression d’être mal tombé. Mais bon est-ce vraiment bien placé de juger quelqu’un aux découpes qu’il fait dans les magazines ? Je ne crois pas.

Lactose et autres déboires

Lors du rendez-vous il y a trois choses qui m’ont gêné mais que j’ai préféré taire… (bête que je suis) Le Pater Familias avait toujours tendance à dire dans ces circonstances (il a toujours une phrase bien placée celui-là de toute évidence…) « Il y a trois instances qui n’ont jamais tort en France : les profs, les magistrats et les médecins ». Bien sur quand il disait cela, c’était purement et simplement ironique, et dans le but de souligner le fait que quoi que l’on dise (ou que l’on ne dise pas) qui pourrait être contraire à leur discours, de toute façon vous avez tort. Règle de nombreuses fois vérifiée durant mes études et mes déboires médicales.

Mais alors ces trois choses, quelles sont-elles ?

  • Vous avez entendu parler de la polémique sur les laitages ? A ce stade, ce n’est même plus une polémique, c’est un fait. Le lait de bovins est un poison pour l’homme. Nous sommes d’ailleurs les seuls mammifères à boire le lait d’un autre animal encore à l’âge adulte ; déjà rien que ça c’est un peu « creepy » vous ne trouvez pas ? Il y a un fait tout simple à savoir : quand nous sommes enfants nous produisons une enzyme (je vous la fait très très simplifié) appelé le « lactase » qui permet de neutraliser le lactose contenu dans le lait et ainsi permettre sa bonne digestion. Enzyme qui disparaît avec la fin de la croissance tout simplement; du coup pas évident de neutraliser ce si vilain lactose. Mais là n’est qu’une petite démonstration des contre-sens à la consommation du lait de vache. Si vous voulez en savoir plus je vous invite à lire ce petite article à ce sujet 😉 !
    Oui mais voilà, cette gentille dame me dit « Bon surtout n’oubliez pas c’est 3 laitages par jour, très important pour le calcium, et je ne dis pas ça parce que j’ai fais plus de dix ans chez Danone ». AH. Le fait est qu’après les deux semaines de « régime » trois laitages par jour, mon visage était constellé de boutons — à croire que ma puberté a décidé de refaire surface.
    Alors définitivement non sur ce coup-là. Les laitages c’est niet.

    « HEEEEEEEEEY c’est moi PUBERTEEEE, JE SUIS REVENUUUU! »
  • Second point tendu : il y a beaucoup de choses que j’aime manger (bon ça on le savait) mais ce que j’aime particulièrement c’est les légumes et les FRUITS. Juste avant d’arriver chez la nutritionniste, je m’étais fais deux quartiers d’ananas comme dessert à mon déjeuner (d’ailleurs c’est un ananas par semaine, voir plus parfois). J’ai toujours eu à coeur d’entendre que le sucre d’un fruit sera toujours meilleur que l’édulcorant d’un soda — soit dit en passant j’ai récemment vu un documentaire qui est tonitruant de vérité concernant les sodas, je vous en parlerai ailleurs — mais apparemment non. « Ah mais pas plus de deux fruits par jour, sinon folle que vous êtes ! Un fruit, c’est plein de sucres! Et bien évidemment ça produit des pics de glycémie — et après il se passe quoi? Et bien on stocke TOUUUUUUUT ce sucre dans les graisses. »

    Mais là juste non, on ne peut obliger une personne à ne manger que deux fruits par jour alors qu’elle a le droit aux sodas avec faux sucre, m’enfin ! Les fruits ce ne sont pas seulement du sucre, par ailleurs la casi-totalité des fruits ont un indice glycémique bas — mais même sans ça, c’est plein de vitamines et de minéraux que, je suis désolée, on ne trouve pas dans Mer** Zero ou Fiote Light !

  • J’essaie d’avoir un impact positif sur ma planète, et c’est pour ça que j’essaie d’acheter bio et SURTOUT locale — ça à un coût, comparé à une tomate de turquie oui c’est sûr, mais comparé à de la viande et bien non en fait c’est pas plus cher… Par ailleurs, tout en douceur je m’oriente vers une alimentation sans produit animal. J’ai soulevé le point du bio avec cette gentille dame qui m’a très poliment répondu « ah non mais je ne parlerai pas de ça vous savez, j’ai une clientèle de banlieue qui n’a pas les moyens de manger bio ». J’ai trouvé cela triste, mais dommageable; nous avons continué à discuter de l’organisation de mon menu. Quand je lui ai dit que je mangeais peu voire pas de viande, elle m’a répondu « DONC vous aurez droit à 2 portions de fromage plutôt qu’une, il faut que vous ayez votre quota de protéines ! » Bien… Alors l’idée c’est de remplacer de la viande par des laitages… Juste non.

Alors évidemment ce sont des détails, mais chacun à une tonalité, à mon sens, qui rajoute du malaise. Et qui finalement m’éloigne petit-à-petit de mon idéal alimentaire. Pas que je veuille me goinfrer de cochonneries toute ma vie, bien au contraire. Mais les menus coordonnés et décidés par les grands lobbies de ce pays, non définitivement non, ça sera sans moi.

J’ai finalement rompu avec ma nutritionniste.

Et vous, avez-vous déjà été déçu par un médecin, ou un spécialiste?

PS : Au passage, avec MON alimentation j’ai déjà perdu 5kg ;-)… en mangeant autant de fruits que je veux =P !

2 Replies to “Elle est allée voir une nutritionniste [Partie 2 : Le doute paraît.]”

  1. Pour les protéïnes animales y’en a dans les oeufs aussi… Mais c’est vrai qu’il y a plus de protéïnes dans le fromage que dans la viande.
    Après je pense que ça dépend des nutritionnistes. Par exemple Jean-Michel Cohen m’a l’air assez censé dans ce qu’il dit !

    1. Hello ^^ merci pour ton commentaire =D! Je ne mange ni oeufs ni lait ; je ne peux pas dire que je suis végétalienne car j’ai encore du miel dans mon alimentation (bien qu’il soit de nano producteur bourguignon). Ce que je trouve dommage c’est qu’on limite les « protéines » à ce qui est animal — pour le coup j’ai un très bon taux de protéines dans mon alimentation sauf qu’elles sont végétales =). Concernant le doc Cohen, le blogueur en a très bien parlé dans son article ;-). Après j’ai un avis assez arrêté sur les nutritionnistes qui sont relayés par la Presse…
      Excellente journée à toi =D

Laisser un commentaire