Apocalypse, partie 2

(La première partie de l’article : « Apocalypse, partie 1 »)

Apocalypse – étymologie : Emprunté au latin apocalypsis (« révélation »), lui même emprunté au grec ancien ἀποκάλυψις, apokálupsis (« action de découvrir »). Provenant du verbe grec καλύπτω, kalúptô (« cacher »), précédé du préfixe de privation ἀπό ápó. Littéralement donc « [chose] dé-cachée », et donc par extension, « [chose] dévoilée aux hommes », « retrait du voile qui cachait la chose », « le voile est levé ».

Wikitionnaire

Reste à comprendre mon absence de cycle qui est un autre de mes symptômes.

Depuis que j’ai arrêté la pillule au milieu de l’année 2016 j’ai vu revenir mes règles. D’abord une fois fin 2016, puis deux autres fois en 2017. Je ne me suis pas enthousiasmée pour autant, car je n’ai jamais eu de cycles. Donc les avoir était très chouettes en soi, que mes cycles ne fassent pas 30 jours ne m’inquiétait pas car je ne sais pas ce que c’est.

Puis en 2018 tout change. Mes menstrues sont arrivées six fois. Mes cycles ont au fur et à mesure diminué. Début 2018, mon cycle faisait 94 jours – en décembre il n’en faisait plus que 29 jours.

Alors j’ai repris mon historique hormonal – pilule et traitement compris – pour mieux comprendre. Depuis mes 16 ans – date où je n’étais pas encore réglé et que cela inquiétait la gynécologue de ma mère – j’ai été mise sous traitement Andr**ur et pro**mes entre entre douze et dix-huit mois à peu près. Puis pilule pendant environ quatre/cinq ans, ensuite arrêt pendant un an pour la pose d’un stérilet, puis de nouveau reprise de la pilule pendant trois ans environ. Encore un arrêt pendant un peu plus d’un an avant que je sois remis sous pilule par mon gynécologue de l’époque.

Et là on arrive à 2016 – de mes 16 à mes 29 ans, j’ai ai été 9 ans et demi sous hormones et seulement 2 à 3 ans sans rien.

Sans savoir si j’avais un cycle ou non. Ce que je vois aujourd’hui.


Au final, mes “symptômes” pris indépendamment ne sont pas le résultat d’une maladie ou d’un syndrome. Mais pour savoir tout cela il fallait creuser un peu, questionner et comprendre. Pas juste jeter un diagnostic. Toute cette histoire m’a appris la patience et vivre loin des solutions prêt à guérir.

Alors que va-t’il se passer maintenant ? Cet article signe la fin des articles sur le SOPK pour l’Autre Morgane – mais ouvre la porte pour l’écriture d’un Guide !

Depuis 2012, je me suis beaucoup documentée, j’ai lu énormément d’études, de documents – français et anglais – sur le Syndrome. J’ai aussi eu à coeur de te lire, d’échanger avec toi.

Je souhaite du coup permettre que tu aies tout à ta portée. Attention, ça ne remplacera pas l’avis d’un médecin ! C’est un plus, un complément, un coussin sur lequel tu pourras te reposer si jamais tu n’as pas eu de réponses à tes questions – comme beaucoup d’entre nous.

Je vais commencer l’écriture de ce guide dans les semaines à venir – je ne peux pas encore te dire une date de sortie, ni combien il coûtera, car il sera un peu dense et nécessitera beaucoup de travail.

Pourquoi je préfère le vendre plutôt que de l’offrir gratuitement ? Il est vrai que toutes les informations qu’il contiendra sont à la portée de tou.te.s, qui a un navigateur web et du temps devant ellui. Il s’agira de condenser tout ce que j’ai compris, lu, qui sera vulgarisé pour toi. C’est du temps, du travail pour offrir un contenu qualitatif.

De plus écrivaine c’est mon métier 😉 ! On ne vit pas en offrant que du contenu gratuit, comme tu le sais bien. Mais nous aurons tout le temps d’en reparler d’ici-là…

Et la page Facebook ? Et le groupe Facebook ? La page existera toujours, mais comme je me désolidarise de ce réseau social, il n’y aura que les partages des articles du blog. Si tu souhaites plus de contenus, je suis assez active sur Instagram (@lautre.morgane) et de nouveau sur la newsletter (tu peux t’inscrire ici si tu le souhaites : https://www.subscribepage.com/lam_fb ). Concernant le groupe – il a de belles valeurs mais il est à l’abandon – je pense léguer les droits à une personne de confiance qui comprend les messages que je souhaitais passer. Il continuera à vivre indépendamment de la page et de mon entreprise.

Lors de la confirmation de mon erreur de diagnostic, j’ai eu l’occasion de faire un live sur Instagram pour expliquer la situation. Certain.e.s sont venu.e.s me dire qu’avec mon expérience, mes recherches, le fait que j’ai de l’hirsutisme (que ce soit génétique ou hormonal n’y change rien) – que tout cela fait foi, me donne de la légitimité. Mais de toi à moi, je pense qu’il faut que je passe à autre chose. J’ai fait le tour de la question et je ne veux pas rentrer dans le jeu des trop nombreuses personnes qui parle du Syndrome sans l’avoir, sans le vivre.

Alors je vais uniquement parler de ce que je sais maintenant et clôturer cette belle histoire.

En attendant le guide, Milles baisers vers toi – et souviens-toi de lea Guerrier.e qui vit à l’intérieur de toi <3


Crédits photo : Photo by Tobi from Pexels

2 Replies to “Apocalypse, partie 2”

  1. J’ai juste envie de t’envoyer un « Bravo » plein d’amour, pour tout ce que tu as offert et ce que tu vas encore offrir à l’avenir via le guide que tu vas écrire !

Laisser un commentaire