A l’origine de l’Hygiénisme

Coucou à toi, Guerrièr•e du Quotidien et Bienvenue dans ta Série de l’Été !

 

Suite à Byzance, faisons un saut historique et géographique vers le Moyen-Orient médiéval, aux prémisses de l’Islam (aux alentours du VIIe siècle après J.C.)

 

Quel rapport entre les Poils et l’Islam me diras-tu ? Et bien c’est toute la question, le croyant s’inspirait du modèle légué par Mahomet, sur toutes les recommandations du corps en l’occurrence.

 

De fait, l’épilation du poil revêtait une importance capitale lié à la définition du pur et de l’impur. Car selon le “fiqh”, le droit musulman, qui fournit les règles d’usages du quotidien, l’issue de liquides par les orifices du corps compromet la pureté nécessaire au moment des prières qui rythme la journée.

 

L’épilation régulière des aisselles et du pubis est, supposée, limiter la transpiration, laquelle créait la “souillure”. D’ailleurs la règle de l’épilation pubienne est commune aux deux sexes, à propos d’une zone par où transitent sperme et sang menstruel.

 

Ces épilations (pubis et aisselles) étaient, dit-on, pratiquées par Mahomet, tradition qu’il aurait hérité des anciens empires égyptiens. Faisant probablement partie des moeurs bédouines de la période antéislamique.

 

Et du coup, comme l’épilation est un devoir du musulman, le hammam est devenu un rouage essentiel de la médina, au centre du quotidien de chacun. On y décape le corps de sa pellicule de peaux mortes tout en faisant place nette aux poils d’aisselles et du pubis.

 

Ce qui est intéressant, ce n’est pas seulement les justifications de pureté – pour l’épilation des poils-, si ce n’est les autres arguments que Mahomet donne pour que les croyants s’épilent. L’épilation des poils a été justifiée par la facilitation de la toilette, compte tenu des pénuries d’eau des zones désertiques. Mais aussi, la taille de la moustache pour limiter les souillures par la morve et les aliments, et celle des cheveux, empêcher la propagation de la vermine.

 

Au regard de tout cela, tu peux remarquer les prémisses de ce que nous appellerions aujourd’hui l’hygiénisme…

 

La suite au prochain épisode 😉 !

 

***

NB : l’Histoire est une science en perpétuelle mouvement. Ce que je dis aujourd’hui peut être faux demain, car on est pas à l’abri de nouvelles découvertes – et que je n’ai pas lu aussi tout les ouvrages sur le sujet ^^. Pour en savoir plus, je te renvoie vers la sublime vidéo des “Revues du Monde” sur “Peut-on faire confiance à l’Histoire ?” : https://www.youtube.com/watch?v=mBmi5IWuKHg&feature=youtu.be&t=8m3s

 

NB2 : tout commentaire à caractère agressif, humiliants, et n’ayant pour vocation que la haine de l’autre, sera AUTOMATIQUEMENT supprimés. Merci à toi et amour sur toi !

 

***

 

Bibliographie & Sources (pour votre plus grand plaisir !) :

  • Histoire du Poil de Marie-france Auzépi & Joël Cornette
  • Du Poil et de la Bête, Iconographie du Corps Sauvage en Occident à la fin du Moyen-Âge (XIIIe – XVe siècle) de Florent Pouvreau
  • Du Velu au Lisse : Histoire et Esthétique de l’épilation intime de Jean Da Silva
  • Un peu du site Womenology.fr aussi 😉

Laisser un commentaire